la sécurité des équipes de MSF

 

Flash quote sur la sécurité des équipes de MSF dans les territoires de Masisi et de Walikale

“Nos équipes ont récemment fait face à plusieurs menaces et incidents sécuritaires dans les territoires de Walikale et de Masisi dans la province du Nord Kivu en République Démocratique du Congo (RDC). Ceci nous a forcé à réduire temporairement nos activités humanitaires et a par conséquent privé les populations des soins médicaux pourtant essentiels. Si nos équipes, convois et établissements ne sont pas respectés et protégés, nous allons devoir réévaluer notre capacité d’intervenir et ajuster nos programmes médicaux et humanitaires dans les zones de santé concernées. Nous rappelons que la sécurité des acteurs humanitaires est primordiale pour assurer leur présence et leur intervention. Nous demandons par conséquent que MSF et les autres organisations humanitaires aient un accès sans entrave aux populations du Nord Kivu et autres provinces de la RDC.” Anthony Kergosien, Chef de Mission de Médecins Sans Frontières au Nord Kivu, RDC. ‘’ L’organisation internationale Médecins sans Frontières (MSF) œuvre en République Démocratique du Congo depuis 1981 et mène aujourd’hui plus de cinquante projets médicaux dans 26 provinces du pays. En collaboration avec le Ministère de la Sante Congolaise, nos équipes offrent aux populations des soins médicaux, chirurgicaux, pédiatriques et obstétriques ainsi que la prise en charge de la malnutrition et du VIH/SIDA. Nous répondons aussi aux épidémies telles que celles de la rougeole ou d’Ebola. Nous fournissons une assistance médicale là où les populations ont le plus besoin. Pour tout contact : Abdon MANENGU Mbangala Chargé de Communication Terrain (FCO) Médecins Sans Frontières Goma, République démocratique du Congo +243 (0)812019102 drc-communications@oca.msf.org

A lire aussi: SANTE: Beni : Une autopsie de la résistance de la Maladie à Virus Ebola au Nord Kivu

Beni et Butembo : Une légère diminution de cas d'Ebola dans la région de Beni et Butembo

Partager sur watsapp

Beni : Une autopsie de la résistance de la Maladie à Virus Ebola au Nord Kivu

« Quid Ebola entre la survie et  l’éradication ? »
Déjà onze mois  depuis que la maladie d’Ebola est  déclarée en  territoire de Beni avant de se propager dans plusieurs localités du grand Nord-Kivu  et une partie de l’Ituri pour un cas isolé à Goma Chef-lieu du Nord Kivu. Il y –t-il un lien entre la survie et l’éradication  cette maladie ? Certains failles causerait la résistance de cette dernière notamment une communication opaque, la corruption, le clientélisme   laisse une confusion dans la riposte d’Ebola ; L’insécurité et la politisation de la maladie, mais aussi une forte densité de la population en mouvement pour les activités commerciaux et agropastorales.

Une résistance contre la riposte de la maladie à virus Ebola est perceptible à Beni, Butembo et ses environs. C’est depuis la déclaration d’Ebola par le ministère de la santé. L’insécurité et la politisation de cette maladie est parmi   grand facteur de la prestance d’Ebola dans la Région. Notons que la période électorale, certains politiciens ont manipulé la population par des messages haineux contre leurs adversaires politique aussi sur  l’implication de l’OMS par un financement à la  hauteur de plusieurs million de dollars. Notons également cette maladie s’est déclarée dans une zone ou l’insécurité politisée est signalée. A cela s’ajoute une faible communication qui laisse planer l’intoxication via les réseaux sociaux. Ce qui ajoute bien d’autres maux rongent le bon fonctionnement de la riposte notamment.
Ce climat d’insécurité ne facilite pas aussi la tâche des prestataires dans la lutte contre cette maladie devenue une urgence de santé  Internationale. Mais aussi  une injustice sociale qui ne dit pas son nom face à un taux de chômage élevé d’une jeunesse intellectuelle qui est jaloux de la présence d’un personnel étranger de la zone de Beni et Butembo.
Les responsabilités sont partagées : Au départ une faiblesse  dans la stratégie de communication à l’interne entre les agents engagé dans la riposte ensuite le critère de sélection de sensibilisateurs, ces derniers n’ayant pas une formation adéquate sur la sociologie de la région ce qui fait que certain manquent quoi dire aux populations cible déjà  intoxique  par des politiciens au départ sur la maladie à virus Ebola. 
Les grands ennemis de la riposte contre Ebola sont de critères d’embauche et  des partenaires dans la lutte contre la maladie à virus Ebola. C’est entre autre :   le népotisme, favoritisme, le copinage entre les organisations, corruption, concussion et opérations retour. Par exemple le cas de location de véhicule et d’autres projets de sensibilisation où certain partenaire signe de sommes supérieur à la somme reçu.
Ainsi dit, la politisation et l’intoxication au sujet  du virus à Ebola  devant  une communication fermée  et faible a suscité plusieurs questions c’est pourquoi   la rumeur a dominé la communication via les réseaux sociaux.  La communication à laisser le temps à la rumeur chacun communique selon qu’il comprend,  l’exemple du concept enterrements digne et sécurise, les visites au malade… Ici on devait tenir compte de l’aspect culturel et sociologique de la zone.  
La communication de la riposte  s’est focalisé dans institutionnelle en  ignorent de citoyens ordinaires qui sont exposées à la maladie à virus Ebola. Il  devrait plutôt multiplier la communication de masse sur cette maladie par exemple sur le temps que prennent les analyses au  laboratoire  avant  les résultats.  Pour que  la population s’approprie de la riposte contre le virus Ebola. 
Aujourd’hui Ebola refait surface à Beni, Bunia et Goma,  suite au mouvement de la population  avec une forte densité, cette mauvaise communication qui laisse planer le doute.
il y a aussi une mauvaise sélection des agents et leur mode de traitement par rapport aux personnels locaux  qui deviennent  démotives.  La mauvaise conduite de personnes guéris qui sont engagés dans la riposte et  qui se livrerait   à la débauche sexuelle, ceci est aussi un facteur qui  faciliterait cette résistance d’EBILA, même dans des zones où la propagation était déjà stabilisée.  Selon nos source : dit-on qu’un homme guéri, le microbe d’Ebola reste dans son sperme pendant plusieurs mois !
Egalement l’ignorance dans certains  églises où des pasteurs se proclament guérir des malades d’Ebola par la domination  de mains dans leurs chambres de prière, un mauvais usage de réseaux sociaux qui véhicule de rumeurs et certains charlatans de la médecine traditionnelle qui vante  soigner toute les maladies.
Ebola existe, seul la prise de conscience et la compréhension de tous dans la sensibilisation, l’observation  des règles d’hygiène va aider à éradiquer cette maladie qui continue à tuer dont on enregistre à ces jours  plus  1600 personnes.
Musondolya Kasereka.

Partager sur watsapp

CONTACTS