OCC :Communiqué de Presse

RDC : améliorer la qualité des produits alimentaires pour soutenir l’intégration au sein du COMESA 

Goma, 08 juillet 2019. Aider les opérateurs économiques de Goma à améliorer la qualité de leurs produits pour qu’ils soient éligibles à l’exportation sur le marché régional et améliorer les compétences des agents chargés du contrôle de qualité de l’Office Congolais de Contrôle (OCC), c’est le but d’un atelier ouvert le 9 juillet 2019, au centre d’accueil Bakanja de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu (Est de la RD Congo). Cet atelier de 10 jours porte sur la gestion du système de sécurité sanitaire des aliments et regroupe une cinquantaine de participants (25 agents de l’OCC et 25 exploitants du secteur alimentaire).


Organisé par l’OCC et la Cellule d’appui à l’Ordonnateur national du Fonds européen de développement (COFED), cette formation s’inscrit dans le cadre du Projet de renforcement des capacités pour la mise en œuvre de l’intégration régionale de la RD Congo dans le Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA). Ce projet est financé par l’Union européenne (UE) au titre du 10ème FED (Fonds européen de développement).

« La Rdc a un problème de qualité des produits vers l’exportation parce que souvent, les opérateurs économiques produisent sans normes, ou même lorsqu’ils les ont, il y en a qui ne les appliquent pas comme il faut. Nous voulons les aider à arriver à la certification de leurs produits », a dit Yandju Marie-Claire, Experte en Technologie alimentaire et Nutrition, qui dispense la formation.


La quatrième réunion conjointe avait pour objectif de présenter l'état d'avancement des activités du projet LEAF II  depuis 2018 à nos jours et la planification des activités jusqu'à 2020.Elle a permis aux membres de comprendre les réalités du terrain et s'approprier les réalisations. Ils ont critiqué les failles recensées et se sont dit satisfait des 85% d'actions déjà menées dans tous les secteurs d'activités.
Ce projet a déjà construit des débarcadères au lac Édouard et Albert, doté d'un laboratoire mobile moderne de pêche les intervenants au lac Albert,appuyer la surveillance du lac Édouard en equipant L'ICCN des outils mobiles sur ce lac entre autre un hors bord.
Il est important de retenir que les fonds pour exécuter le reste des programmes adoptés sont disponibles et l'accompagnement du gouvernement congolais dans la facilitation de l'exécution de ce qui reste à faire savere nécessaire a dit Joseph Matungulu, coordinateur du projet.

Savoir rendre les produits compétitifs

« Et la certification n’est pas sur papier, c’est le produit lui-même qui s’exprime », prévient-elle. Il s’agit donc, à travers cette formation, d’aider les operateurs économiques à savoir comment rendre leurs produits compétitifs, d’une part, et d’autre part d’amener l’OCC à évaluer correctement un produit à travers ses procédés de fabrication, son conditionnement et même évaluer sa traçabilité pour qu’il soit exportable. « Cette évaluation de l’OCC concerne tout autant les produits qui viennent de l’extérieur, à défaut de quoi notre pays sera la poubelle de tout le monde, craint madame Yandju Marie-Claire.

Si, jusque-là, les échanges ne se faisaient pour la plupart que dans un même sens, à savoir les importations, l’ouverture du marché régional est une opportunité pour les petites entreprises locales. Et sans qualité certifiée, les petites entreprises locales risquent d’être asphyxiées. « La qualité des produits est une exigence capitale pour survivre dans ce grand marché. Car vous pouvez exporter une fois, mais si la qualité n’est pas au rendez-vous, le client ne reviendra jamais et vous tomberez en faillit e», conseille André Izinga Sangilia, directeur provincial intérimaire de l’OCC au Nord-Kivu.

Nécessite de bonnes politiques dans le secteur alimentaire

Pour être viables sur le marché régional et international, les entreprises ont besoin d’accompagnement depuis la base de leur travail. « Certains entrepreneurs ont reçu des autorisations de vente pour des produits dont ils ne maitrisent même pas la composition, a indiqué un opérateur économique. Nous voulons d’un Office de contrôle qui joue son rôle sur terrain et qui ne se limite pas à donner des papiers, moyennant payement, sans même visiter les entreprises concernées. »
« Il est urgent que chaque acteur sente la nécessité de bien faire son travail, car il en va de notre survie sur le marché régional. Il suffit que certains de nos produits soient de mauvaise qualité pour que les consommateurs nous rejettent en bloc », ajoute un autre.

Les opérateurs économiques qui disent beaucoup attendre de cette formation sur la gestion du système de sécurité sanitaire des aliments, espèrent que le gouvernement congolais fera sa part de responsabilité dans cette grande aventure qui commence. Après Goma, la même formation se tiendra également à Bukavu, chef-lieu de la province du Sud-Kivu.

 

 

GOMA: Réunion de pilotage du projet LEAF II pour la gestion des ressources en eau et ressources naturelles sur les las Edouard et Albert 

ILa 4e réunion annuelle conjointe du Comité national de pilotage du projet multinational de gestion intégré des pecheries et ressources en eau des lacs Édouard et Albert LEAF II a vécu à Goma du 21 au 22 juin 2019.
Cette réunion regroupant les experts nationaux, provinciaux et membres des comités de pilotage des provinces du Nord-Kivu et de l'Ituri à côté des directeurs des ministeres évoluant dans le secteur eau, pêche et environnement, la réunion tenue au chef lieu de la province du Nord Kivu a permis aux parties prenantes de dresser une série des recommandations pour faire avancer les projets d'ici 2020.
Le projet LEAF II qui évolue sur trois composantes dont le développement de la pêche et gestion des ressources naturelles, la gestion intégrée des ressources en eau et la gestion et coordination de projet, couvre le bassin des lacs Édouard et Albert faisant partie de la série de la vallée du Rift partagé par la Rdc et l'Ouganda.
La quatrième réunion conjointe avait pour objectif de présenter l'état d'avancement des activités du projet LEAF II  depuis 2018 à nos jours et la planification des activités jusqu'à 2020.Elle a permis aux membres de comprendre les réalités du terrain et s'approprier les réalisations. Ils ont critiqué les failles recensées et se sont dit satisfait des 85% d'actions déjà menées dans tous les secteurs d'activités.
Ce projet a déjà construit des débarcadères au lac Édouard et Albert, doté d'un laboratoire mobile moderne de pêche les intervenants au lac Albert,appuyer la surveillance du lac Édouard en equipant L'ICCN des outils mobiles sur ce lac entre autre un hors bord.
Il est important de retenir que les fonds pour exécuter le reste des programmes adoptés sont disponibles et l'accompagnement du gouvernement congolais dans la facilitation de l'exécution de ce qui reste à faire savere nécessaire a dit Joseph Matungulu, coordinateur du projet.

Suppléer à la carence d’électricité Goma est principalement fournie en électricité par la centrale de Ruzizi, au Sud-Kivu et par celle de Matebe, dans le parc national des Virunga. Mais sa couverture en électricité ne représente rien, en rapport avec le reste du pays : 15%, selon les chiffres donnés par la SNEL en 2016. Le déficit du courant de la SNEL et des firmes privées contraint la population à un autre mode de vie : le recours, depuis des années, aux générateurs privés. Pourtant, le lac Kivu, en bordure et au nord duquel la ville est bâtie, possède, selon le vice-président d’EPPM, des réserves en gaz méthane estimées à quelque 66 milliards de mètres cubes. Des réserves régénérables. Le Rwanda voisin, qui a commencé les travaux d’exploration au même moment que la RDC – il y a 10 ans – a déjà mis en place sa première centrale à gaz, avec une capacité de production de 26 mégawatts. Mais en RDC, le problème se posait encore sur la fameuse passation des marchés. Pourtant, Goma est une ville entrée dans un dynamisme économique. Elle a donc besoin d’un accompagnement en énergie électrique. Avec son secteur immobilier est en pleine extension, les travaux de bitumage de ses routes, la construction des trottoirs et l’aménagement des ronds-points, l’électrique dans cette ville – porte d’accès à la région des Grands Lacs – va aussi créer des emplois. Une sorte de contribution au développement dans sa zone d’implantation. En outre, les experts affirment qu’il existe une technologie d’extraction capable de séparer le gaz de l’eau sur le lac, pour produire de l’électricité sans porter atteinte à l’environnement. Dans cette région où les riverains n’utilisent que du bois pour la cuisson, mettant ainsi la pression sur le parc des Virunga, d’une faune et d’une flore exceptionnelles, la fourniture en électricité dans des foyers aura un effet protecteur contre la destruction de ce site classé par les Nations unies au patrimoine mondial de l’humanité.

Alain WANDIMOYI

La cruche-Hebdo est un hebdomadaire en ligne flexible par rapport aux informations susceptible de satisfaire le public sur les informations avérées vraies, bien vérifiées, responsables, bien traitées dans le respect de l’éthique du journalisme. La cruche-Hebdo offre des espaces sur commande aux potentiels prestataires et partenaires. Elle est un média comme signalé ci-haut capable de fournir des vidéos et photos documentaires sur la petite histoire de l’Est de la République Démocratique du Congo depuis 2008 grâce à son photothèque riche. La publicité de vos produits n’est pas démise chez la Cruche-News, bref la Cruche News est un multimédia pour votre promotion et celle de la paix, l’environnement et le développement durable.
  • Notre devise : « lorsqu’on est mieux informé ont est épargné de certains dérives et l’on s’achemine tout droit vers un changement harmonieux »


    ==============================================================================================

     

    CONTACTS

    ARCHIVES