Nord-kivu:Le Graben

FIZI : LE GROUPE ARME MAKANIKA TOMBE DANS LE FILET DES FARDC A MIKENGE

Plusieurs combattants du groupe armé MAKANIKA, sont tombés dans une embuscade tendue par les FARDC. Ces groupes rebelles étaient piégés par les FARDC dans les encablures de MIKENGE en territoire de Fizi.  Ces malfrats étaient camouflés dans un camp de déplacé où ils ont l’habitude de se dissimiler plusieurs fois après leurs opérations. Lors de cette embuscade 7 armes ont été récupéré, un combattant blessé et quelques interpellations pour raison d’enquête ont été effectués.

Aux environs de quatre heures du matin du 18 juin lorsque les FARDC revenaient des opérations dans les villages KANGOO, NYAMARA et BIJABU MANKANIKA et ses alliés s’affrontaient durant deux jours avec ces groupes armées.
Le bilan provisoire de cette embuscade fait état de 7 armes récupérer, deux combattants blessés et plusieurs capturés dans le rang des rebelles à déclarer le capitaine Dieudonné Kasereka porte-parole des opérations Sokolo2 Sud Sud-Kivu.
Après une fouille systématique dans le camp de déplacés de MIKENGE par une équipe mixte MONUSCO-FARDC, deux autres armes et une boite des munitions de guerre ont été retrouvés. Face à cette réalité cinq personnes ont été interpellé pour raison d’enquête.
Notons que les FARDC ont développé plusieurs stratégies pour assurer la sécurité de toutes les communautés vivant dans les hauts et moyens plateaux de Minembwe en particulier et de Fizi en général.
Pendant ce temps l’armée à travers le commandement de la 33ème Région Militaire condamne encore une fois de plus les soutiens et la complicité de certains leaders du territoire de Fizi qui n’aiment pas la paix.
Le commandant des opérations Sokola2 Sud du Sud Kivu demande à MAKANIKA et ses alliés de déposer les armes et se rendre, sinon ils seront responsables des conséquences de la guerre qu’ils sont en train d’imposer à la population et répondront un jour devant la justice. A indiqué Capitaine Dieudonné Kasereka, Porte-Parole secteur opérationnel Sokola 2 Sud Sud-Kivu.
La Cruche Hebdo

Partager sur watsapp

Graben : Quand des milices déjouent le pouvoir de l'armée pour écraser la population.

À Mubana un groupe armé lourdement armé semé la terreur dans cette zone côtière à l'ouest du Lac Édouard. Non seulement extorque pillent kidnappe et impose des taxes, mais aussi favorise une pêche illicite et le braconnage dans le parc des Virunga. Des notables redoutent d'un coup de force contre l’autorité de l'état dans cette zone où la force publique semble être anéantie par ces derniers.

.
Depuis plusieurs semaines, le délégué fonctionnaire du gouverneur de la province du Nord Kivu à Mubana une localité située sur la côte Ouest du lac Édouard Dans le Graben, dénonce l'activisme de Maї-Maї Zombi 666. Ces miliciens lourdement armés extorquent pillent, kidnappent et exigent de rançons exorbitantes à leurs ravisseurs, mais aussi ils entretiennent un réseau des pécheurs clandestin sur le Lac Édouard.  « Ils viennent de Chanika la nuit, extorquent des pêcheurs emportant des pirogues et moteurs et kidnappent d’autres », nous confirme Amani Mumbere Fonctionnaire délégué du Gouverneurs. « Pour libérer leurs otages ou restituer de pirogues et moteur ravi, ils font payé 300 000FC équivaut à 170 dollars par pirogue ».    Comme si cela ne suffisait pas ils exercent une pression dans le parc des Virunga par un braconnage de grandes échelles : « Avec tout l'argent qu'ils perçoivent illégalement, ils sont devenus riches et capables d'acheter les armes pour renverser les institutions établit dans cette entité », Regrette Amani Mumbere Administrateur délégué du Gouverneur à Chanika. Lourdement armé et un effectif très supérieurs aux soldats déployé dans cette zone qui observent avec impuissance toute cette exaction contre les civils laisse toute la population perplexe.
Chaque village son groupe armé !
L'Est de la Rd Congo est longtemps plongé dans un cycle infernal de guerre depuis une décennie. Chaque jour, nait un groupe armé dans un village, cette prolifération des milices s'observe çà et là et le Nord Kivu bat le record. Malgré plusieurs actions militaires sur le terrain la situation reste inchangée ! Cette recrudescence des milices fortement armés inquiètent bon nombre d'observateurs. « Et nos militaires déployés en nombre réduit devant cette ribambelle des soldatesques suffisamment équipés. Ça serait une succède de tenter une quelconque initiative d'attaquer ces Mai-Mai   à la gâchette facile face à cette réalité », fait indiqué ce camionneur. Les mobiles de la prolifération de ces machines de la mort demeurent jusqu'à présent occulte : « c'est la boulimie de l'argent facile et le banditisme attire plusieurs jeunes de s'enrôler dans les groupes armés en prétextant venir protéger la terre de leurs ancêtre, aujourd’hui invité pour déposer les armes, mais le camp de Zombi 666 est hostile à la pacification de notre région », fait remarqué un habitant. « Tout est résultat de l'absence de l'autorité de l'état, les hors-la loi nous imposent de taxes sans pitié depuis plus de 10 ans », poursuit-il.  Il faut un renforcement de la puissance militaire des Forces Armés de la République Démocratique du Congo pour bouter hors d'état de nuire tous ces malfrats qui écument des villages et leurs environnements depuis plusieurs décennies. Leur action se caractérise par des kidnappings, pêches illicites, une forte pression humaine sur la forêt du parc des Virunga par la coupe des arbres et un braconnage d'espèces protégées.
Entre le marteau et l'enclume
Malgré tous les sévices qu'endurent la population dans les villages où se partagent des positions entre l'armée loyaliste et les groupes armés au Nord Kivu. La population est entre le marteau et l'enclume, d'un côté des Mai-Mai   les torturent, le kidnappent de l'autre, certains militaires loyalistes incontrôlés érigeraient des barrières payantes e, lieu et place de barrière sécuritaire à Mubana : « quand nous sommes arnaqués par nos propres soldats censés nous protéger ! Franchement nous sommes abandonnées à notre triste sort. Que les autorités militaires trouvent une solution idoine pour notre sort », implore un habitant de Chavinyonge joint par notre rédaction. En dépit des bavures commises par certains militaires isolés de l'armée congolaise, il sied de signaler que des militaires déployés dans les zones de prédilection aux groupes armés. Ces derniers travaillent dans un contexte très complexe : « c'est extrêmement compliqué il est difficile de distinguer un civil à un combattant c'est ça la raison de ces barrières je pense, mais là où le bât blesse c'est lorsque nos propre forces se transforment aux bourreaux, avec barrières sont devenues des ponts pour la tracasserie, du coup, ils ne sont plus différents des miliciens », relativise un sexagénaire. « Toute fois ces même militaire indiscipliné se laisse trompé par de perception de frais de ration hebdomadaire au près des pêcheurs clandestin qui sont des collaborateurs de Zombi 666, il y a plusieurs indice de trahison quant à ce. », regrette le fonctionnaire délégué du gouverneur.    
L'armée congolaise doit prendre la reine de son pouvoir régalien en bannissant la tracasserie qui affaiblit certains d'entre eux. Il y a péril à la demeure, car avec tout cet enrichissement illicite des miliciens de Zombi 666, il y a risque que toute la zone côtière du Lac Édouard devient un non mans land qui servira de base de Mai-Mai. La Rédaction

Partager sur watsapp

 
A lire aussi:

Le chargé de l'administration et logistiques du groupe armé NGUMINO opérant dans le haut plateau d'uvira et dans fizi, a été arrêté 

 

Le chargé de l'administration et logistiques du groupe armé NGUMINO opérant dans le haut plateau d'uvira et dans fizi, a été arrêté 

Le colonel Bihendo Mikendo Ibrahim condamné à perpetuité.  

Les FARDC déterminées à mettre hors d’état de nuire les groupes armés de hauts et moyens plateaux.

Fizi : FARDC ont déboulonné l'une des positions de maï maï Yakotumba

A Fizi, les FARDC ont détruit l'une des positions de maï maï Yakutumba. Pendant les  opérations sokola2 Sud Sud Kivu  que des militaires du secteur opérationnel sukola2 sud Sud-Kivu ont réussi à détruire le campement de maï maï Yakotumba et ses alliés. L’armé invite à cet effet la collaboration de population pour mieux le sécuriser 

Cette opération a commencé le mardi 11-juin-2019 dans la localité de KABEMBWE et se poursuit dans la forêt de NDOBO en  territoire de Fizi.   Grace la puissance de feu de forces armé de la République Démocratique du Congo, les maï maï sont en débandade laissant derrière eux quatre corps. Ces assaillants ont quand même réussi à se soustraire dans la nature avec six blessés.

Au cours de ces opérations un militaire de l'armée loyaliste FARDC a été blessé. A confirmé le porte-parole des opérations Sokola2. Dans leur cavale,  pendant ce temps, d’autres  maï maï du même groupe Yakotumba  infiltré à Misisi, ont  ouvert le feu sur une patrouille militaire dans cette  cité minière de Misisi dans la  nuit du mardi à mercredi 12-juin-2019.

« Les FARDC ont vite réagi, les ennemis de la paix ont jeté deux armes AKA 47, avant de prendre la poudre d'escampette ». À indiquer le capitaine Dieudonné Kasereka porte-parole du secteur opérationnel sukola2 sud Sud Kivu. Une armée est forte c'est lorsque la population civile conjugue une franche collaboration. C'est pour cette raison que le commandant secteur opérationnel sukola2 sud Sud Kivu Ai le général de brigade BANZA KABULO joseph demande à la population de rester Calme et de faire confiance aux Forces Armées de la République Démocratique du Congo, mais aussi de se désolidariser des ennemis de la paix.

Cap Dieudonné Kasereka Porte-Parole opérationnel Sokola2 sud Sud-Kivu

Com.SOKOLA 2 SUD ,SUD KIVU

Partager sur watsapp

 

CONTACTS