NORD-KIVU : La Pêche

Nord Kivu : Quand des pécheurs dénoncent le business des groupes

La fédération de Pécheurs Industriels du Lac Edouard dénonce la pression des groupes armés sur le parc National de Virunga, ils tracassent des pécheurs par des taxes imposées (illégales). Avec cet argent qu'ils perçoivent sur le dos de pécheurs, ils arrivent à renforcer leur manœuvre de nuisance. Cette pression des groupes armés est nuisible à l'environnement halieutique. Conséquence, la rareté de poisson sur les côtes est-ouest du Lac Edouard et les brimades aux pécheurs. La FECOPEIL demande aux autorités militaires de traquer tous les groupes armés actifs le long du lac Edouard, Afin de stopper ce business qui pérennise l'insécurité dans cette zone.
C'est au cours d'un point de presse tenu à Goma la semaine dernière animé par Josué Mukura secrétaire Général de la FECOPILE, que des révélations ont été livrées aux médias de Goma. Il a été révélé à l'opinion que, parmi les ressources financières de ces groupes armés c'est aussi les rançons et taxes qu'ils perçoivent illégalement  ce qui les rend plus actifs sur le terrain.
Il a aussi accusé les miliciens d'exercer une pression sur le Parc des Virunga. En rappelant que son organisation avait déjà adressé une lettre aux autorités et responsables de la 34ème Région militaire pour des faits notamment : l'activisme de ces groupes qui tracassent des paisibles populations par des arrestations et enlèvement et la perception des taxes illégales.
L'activisme de ces hors la loi est un moyen de financement pour ces derniers pour opérer sur le long du Lac Edouard.
Il a en outre précisé que,  les  Mai- Mai opèrent activement dans deux villages : « Chanika et Kamulima » sont deux villages côtiers du lac Edouard.

Des exactions à répétions
Pour ce premier trimestre par exemple, 15 moteurs hors-bord ont été saisis et amenés dans la brousse de Chanika en date du 12 mars 2020, 9 pirogues  emportées et 27 pêcheurs de Vitshumbi kidnappés.
Pour   Josué Mukura, « ces groupes armés  exigent de rançons allant de 80 000 à 180 000 FC aux pécheurs enlevés ou kidnappés. Ces miliciens font payer par semaine pour chaque pirogue sans tenir compte de ce que payent des pêcheurs clandestins. Ces miliciens gagnent beaucoup d'argent », Poursuit José Mukura « Cet argent leur donnent le pouvoir de s'organiser en matériel et de devenir plus forts », regrette-t-il.

D’une pression à la  menace l’écologique 
Retenons que le Lac Edouard  est classé parmi les lacs les plus poissonneux de l'Afrique et il  doit être exploité dans le respect de normes de la pêche dans le strict respect de la loi : « 14/003 du 11/02/2014 », relative à la conservation de la nature et la convention signée entre la coopération des pêcheurs des Virunga COPEVI et l'Institut Congolais pour la Conservation de la Nature ICCN.
Malgré toutes ces mesures prises par la FECOPEILE pour conserver les frayeurs afin d’accroitre la production des poissons dans le Lac Edouard hélas, sur ses rives Est-Ouest c’est une peine perdue,  le comble c’est la pression des groupes armés sur le lac et les pécheurs, du coup, il y a baisse des poissons,  des pécheurs n'arrivent plus à capturer des poissons.
Josué Mukura  demande au  gouvernement de prendre des mésures idoines pour anticiper l'activisme et l’enrichissement illicite de ces mouvements rebelles.
Ces Maï-Maï  appauvrissent l'environnement halieutique et s'enrichissent sur le dos des pécheurs : « Nous observons impunément  comment est-ce que ce miliciens augmentent   la capacité de leurs nuisances.  Chaque jour ils arrêtent des pécheurs et les amènent dans la brousse, ensuite ils  exigent des rançons exorbitantes ! Ceci est devenu un business pour renforcer leurs maquis».

Jonas Badera et Alain Wandimoyi

Goma : 9115 Signatures contre l’exploitation du pétrole dans le Parc des Virunga pour lutter contre le réchauffement climatique et planétaire

RDC-Ouganda : des échanges sur la gestion transfrontalière des ressources halieutiques du Lac Edouard



 

 

 

  • Notre devise : « lorsqu’on est mieux informé ont est épargné de certains dérives et l’on s’achemine tout droit vers un changement harmonieux »


    CONTACTS

    ARCHIVES